iManagement

Échangez vos idées ou posez vos questions à nos experts

Your articles

Division de colonies

La division d’une colonie est dictée par diverses raisons :

  • multiplication du cheptel,
  • remplacement d’une colonie morte devenue bourdonneuse,
  • menace d’essaimage d’une colonie très forte,
  • création de nuclei pour le commerce
  • ou réserves de colonies pour remplacer les pertes attendues l’année prochaine…

Il existe de nombreuses méthodes différentes et très simples pour diviser ses ruches.

Celle décrite ci-dessous marche bien :

Matériel et conditions

3 colonies fortes, avec 6-7 cadres couvain avec œufs, couvain ouvert et fermé et 2 cadres nourriture.

Présence de mâles sur les cadres.

Météo favorable avec apports de pollen.

Procédé

Dans une ruchette à 6 cadres, introduire 2 cadres de couvain de rive + abeilles de la ruche no 1 et de la ruche no 2 ; au total 4 cadres + 1 cire gaufrée +1 partition (Cf. schéma ci-dessous).

Remplacer les cadres prélevés dans les ruches no 1 et 2 par des cires gaufrées (total 4).

Installer la ruchette à la place de la ruche no 3 qui est déplacée de quelques mètres. La ruchette va recevoir les butineuses de cette ruche no 3.

10 jours plus tard, effectuer la visite de contrôle : il y a très probablement des cellules royales dans la ruchette, sur 2 cadres ou plus. Si tel est le cas, diviser cette ruchette en 2, en prenant soin d’avoir des cellules royales dans les 2 colonies ainsi obtenues. Ajouter une cire gaufrée et une partition dans une des 2 colonies obtenues par division, pour avoir au total 2 cadres avec couvain et au moins 1 cellule royale, 1 cire, 1 partition, nourrir au sirop 50%.

Attendre 3 semaines pour ouvrir et voir si les reines de ces 2 colonies sont en ponte.

Les ruches 1 et 2 ont construit les 2 cires gaufrées et peuvent recevoir chacune une hausse. La ruche 3 peut également recevoir une hausse, car elle a recruté des butineuses.

Au final, on a 3 ruches avec leur hausse et 2 colonies sur 3 cadres avec leur jeune reine en ponte.

Author:Santé de l’Abeille no 272, page 126
Back to overview