iManagement

Échangez vos idées ou posez vos questions à nos experts

Your articles

Register for newsletter

powered by dodeley

Ces abeilles qui vivent en liberté

Bien que peu nombreuses, des colonies d’abeilles A. mellifera mellifera sauvages ou férales existent bel et bien dans la nature et résistent au varroa du fait de leur petite taille, de leur tendance à l’essaimage de la faible densité de l’habitat et probablement par la sélection naturelle. Les études prouvent également que ces souches d’abeilles noires sont pures, sans hybridation. En conséquence, les chercheurs plaident pour que soit développée une politique de conservation de ces populations d’abeilles, parce qu’elles constituent une espèce sauvage probablement en régression, mais aussi un réservoir génétique intéressant d’un point de vue apicole.

par Janine KIEVITS

L’abeille mellifère est naturellement présente en Europe, tout comme en Asie et en Afrique. L’apiculture est restée jusque très récemment une pratique mixte incluant la détention de colonies, mais aussi la capture d’essaims sauvages ; par ailleurs l’apiculteur rend à la nature les essaims qui lui échappent, que l’on dit alors féraux. La distinction entre colonies férales et sauvages est le plus souvent impossible, parce que le plus souvent elles ne diffèrent pas génétiquement ; elles sont d’ailleurs toujours susceptibles de se reproduire entre elles (Leclercq et al. 2018).

Toutefois, c’est une opinion répandue que les colonies sauvages ou férales n’existent plus ou guère, notamment parce qu’elles se sont fait décimer par la varroose (Browne et al. 2018 ; Leclercq 2018 ; Requier et al. 2019). Or des études françaises et américaines, que nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer dans ces pages (1), font bel et bien état de l’existence de telles colonies, et expliquent leur survie par le fait que leurs conditions de vie sont peu propices au développement de l’acarien (colonies de taille réduite avec essaimage fréquent, densité très faible de l’habitat, sélection naturelle). Et partout où on les cherche, on en trouve, comme en Pologne le long des arbres bordant les routes (Oleksa et al. 2012), ou dans les forêts de Bachkirie – une république de la Fédération de Russie, au sud de l’Oural – où ces colonies font l’objet d’une exploitation séculaire (Ilyasov et al. 2015).

On sait donc qu’il reste des colonies d’abeilles qui ne font pas l’objet d’une gestion humaine ; mais on n’en connaît pas le nombre. Les rechercher est laborieux, car leur densité est faible et leurs nids sont peu apparents. C’est lors - qu’elles s’invitent dans des bâtiments que leur existence est le plus souvent connue. Mais dans la nature, l’abeille est un animal de forêts, nichant dans les troncs d’arbres creux ou dans les cavités des rochers ; s’il arrive que l’on s’aperçoive de la présence d’une telle colonie au hasard d’une promenade, les recenser est un travail ardu. C’est cependant ce qu’ont tenté récemment quelques études, car les scientifiques s’intéressent de plus en plus à ces abeilles qui vivent « en liberté ».

 

Télécharger l'article complet

 

Voir aussi:

Author:Janine KIEVITS
Back to overview