iManagement

Échangez vos idées ou posez vos questions à nos experts

Your articles

Comment devenir apiculteur ?

En Suisse, l'apiculture fait partie des loisirs. Aujourd'hui, 17'000 apiculteurs prennent soin d'environ 188'00 colonies, en moyenne 11 colonies par personne. En Allemagne, une exploitation avec plus de 30 colonies est considérée comme exploitation de loisir, l'apiculteur professionnel prend soin de plus de 300 colonies.

L'acquisition des connaissances de base

Les associations d'apiculteurs proposent des cours de base où tous les intéressés à l'apiculture peuvent s'inscrire. Ces cours, sous la direction de conseillers apicoles sont dispensées sur 18 demi-journées réparties sur deux ans. Pour le Valais, vous trouvez plus d'information sous : http://www.favr.ch/cours-debutants

Trouver l'emplacement

Trouver un bon emplacement pour les colonies est déterminant pour la prospérité des abeilles et le succès de l'apiculture. L'emplacement sera choisi selon les besoins :

  1. des abeilles
  2. de l'apiculteur
  3. et des voisins

Les besoins des abeilles

Les abeilles doivent trouver une bonne quantité de nectar et de pollen dans un rayon d'environ 1.5 km, et ceci surtout au printemps et en fin d'été.

L'emplacement du rucher sera à l'endroit où la neige fond en premier protégé du vent froid du nord et de l'est pas à l'endroit des lacs de froid ou sur les versants nord orienté en direction sud ou sud-est réchauffé par le soleil de midi en hiver au soleil du matin en été mais à l'abri du soleil brulant à midi grâce à des plantes. Le plus sûr, c'est de reprendre un emplacement qui a déjà fait ses preuves. Pour un emplacement nouveau, se laisser conseiller par des apiculteurs expérimentés de la région.

Les besoins de l'apiculteur

L'exploitation de l'apiculture requiert, en plus de l'emplacement du rucher, de la place pour l'entreposage des outils, des ruches vides et des cadres vides. Plus le domicile de l'apiculteur et le lieu d'entreposage sont rapprochés des colonies, plus l'apiculteur sera écologique et économe en temps. L'approche du rucher avec une voiture ou au moins un charriot à bras ou une remorque à vélo doit être possible.

Les besoins des voisins

Les droits du voisinage sont à respecter lors du choix de l'emplacement. En principe personnes ne peut interdire la détention d'abeilles, car l'apiculture est une liberté. Cependant, les autorités peuvent limiter le nombre de colonies et les distances jusqu’aux limites. Les voisins peuvent donc exiger que les distances soient respectées et que le trou de vol ne soit pas orienté vers lui. Ils peuvent aussi demander que l’apiculteur fasse en sorte que les abeilles soient paisibles et douces. Les abeilles ne doivent pas déranger les voisins excessivement. Il faut prendre des précautions spéciales lorsqu’il y a des visites chez les voisins et au moment où on ouvre les ruches. En règle générale, l’apiculteur ne peut pas être tenu responsable des piqures de ses abeilles, car il ne peut pas influencer un animal sauvage.

L'acquisition de colonies

On peut acheter un essaim (= une colonie sans cadres), un nucléi (= une petite colonie sur 4 à 5 rayons avec une reine en ponte) ou une colonie entière (= une colonie de 8 rayons avec une reine). Avant chaque acquisition il faut se renseigner auprès de l’inspecteur des ruchers de sa région pour s’assurer que les abeilles proposées n’ont pas de maladies. Il est conseillé d’acquérir la race de la région et de commencer avec deux à cinq colonies.

Adhérer à une société d'apiculture

L'inscription auprès d'une société locale d'apiculture offre de nombreux avantages. Les apiculteurs chevronnés ne sont pas avares de conseils et souvent un "parrain" vous proposera de vous accompagner pour les premières visites de vos ruches.

Durant la saison apicole, plusieurs visites de ruchers sont organisées. C'est l'occasion d'en savoir plus sur des thèmes précis et d'échanger sur les différentes méthodes avec ses collègues. Les achats groupés de bocaux, produits de traitements et sirop de nourrissement font profiter de prix compétitifs.

Enfin, l'abonnement au journal de la société romande d'apiculture (SAR), inclus dans le prix de la cotisation, vous informera, mois après mois, sur les travaux à réaliser et les dernières nouvelles en matière de recherche scientifique. Les petites annonces vous mettront en contact avec des éleveurs qui vous vendront vos premières abeilles ou reines.

Author:L'apiculture - une fascination, édition SAR, 2014 & www.apiculteur.ch
Back to overview